200 Jahre Karl Marx: Philip Banse im Gespräch mit Paula-Irene Villa

200 Jahre Karl Marx: Philip Banse im Gespräch mit Paula-Irene Villa
    Watch the video

    click to begin

    Youtube

    Je commence par une petite anecdote qui me semble montrer
    où se situe le rapport problématique à Marx
    qui existe aujourd'hui. Dans mon entourage personnel,
    je vois que beaucoup d'hommes et de femmes, de partenaires, mènent d'un côté
    leur vie en se considérant très clairement comme des partenaires égaux :
    tous deux travaillent, veulent travailler, s'épanouissent dans leur travail. Mais au quotidien
    j'ai l'impression que les femmes se trouvent dans une tension extrême entre
    le modèle proposé par la vie moderne et ce qu'elles veulent réellement
    ou ce que le partenaire veut, mais de facto ils sont restés sur une image
    très traditionnelle de la famille et du couple où c'est l'homme qui travaille;
    la femme peut aussi travailler mais elle doit encore s'occuper de tout le reste.
    Que peut nous dire Karl Marx à ce sujet? – De manière intéressante, Marx peut nous dire bien des choses à ce propos,
    et l'on peut tout d'abord s'interroger, ce qui est déjà
    une indication sur la problématique, sur ce qu'on appelle 'travail'? Avec Marx, on peut en effet se demander
    pourquoi il est immédiatement clair pour tout le monde quand nous disons : oui, les uns travaillent
    qu'il y a aussi beaucoup d'autres choses à faire à la maison , avec les enfants, etc.
    et cela est une critique faite à Marx de dire qu'il y a peut-être chez Marx,
    dans tout son brillant système et dans toute sa brillante analyse du capitalisme,
    une pièce manquante au puzzle, une tache sombre, un vide,
    parce qu'il considère seulement le travail comme activité professionnelle, liée au marché du travail,
    et ainsi, ce qui est aussi du travail comme les travaux domestiques ou d'autres tâches
    tout aussi importantes, sont quelque peu marginalisées et simplement considérées comme des choses qui se font naturellement,
    comme des affaires privées et qui, en tant que telles, ne relèvent en rien de la sphère politique
    et ne sont même pas amenées à devenir une question politique; c'est un aspect de la pensée marxiste qui est critiqué depuis longtemps.
    On peut donc ici se demander, partant de Marx, ce qui définit le travail et pourquoi
    certaines activités ne sont pas considérées comme du travail et pourquoi elles ne sont pas non plus rémunérées,
    et donc pas reconnues, ni prises en compte ou valorisées socialement.
    En même temps, ce qu'il définit comme étant une activité professionnelle joue
    un très grand rôle dans ses théories …
    C'est effectivement une contradiction dans la mesure où
    ce que je suis en train de vous décrire est une interprétation,
    peut-être même l'interprétation essentielle de ce qu'on trouve dans beaucoup de textes de Marx
    à propos de la notion de travail. Mais, et c'est très important, il y a des textes, surtout
    dans les premiers écrits de Marx, où il comprend le travail dans un sens plus large et
    de façon plus profonde. Et il s'agit d'un point de départ très intéressant qui reste
    actuel aujourd'hui. Le travail comme l'appropriation,
    la structuration de la nature et de nous-mêmes à l'intérieur de celle-ci,
    afin de satisfaire nos besoins. Dormir, manger, avoir des activités culturelles,
    mener une vie qui a du sens … Donc un grand nombre de besoins. Pour cela, il faut que nous sachions
    comment agir nous-mêmes en tant qu'individus et comment agir par rapport à notre environnement, à la nature.
    Nous devons planter, nous devons récolter, nous consacrer les uns aux autres,
    converser, aller chercher de l'eau et encore énormément de choses … et tout cela, dans certains textes de Marx,
    est aussi appelé 'travail', c'est-à-dire notre propre manière
    de transformer et de nous approprier la nature, et aussi nous-mêmes à l'intérieur de celle-ci comme je l'ai dit précédemment.
    Mais c'est une définition du travail qui n'apparaît peut-être plus systématiquement
    dans les écrits tardifs de Marx, qui s'est perdue ou qui a été très peu traitée
    dans l'appropriation dominante de Marx, dans le marxisme ainsi que
    dans les sciences sociales et en politique.
    Tandis que la tradition et les critiques féministes
    ont les mêmes références que Marx quand
    elles disent qu'il existe une appropriation de Marx qui
    essaie de comprendre les concepts de reproduction et de production
    autrement, dans cette perspective.
    Qu'est-ce que cette représentation de …, cette séparation avec d'un côté, des activités
    que l'on met à l'écart, et de l'autre les activités professionnelles
    a pour effets sur les modèles de genres actuels?
    Nous avons aujourd'hui, comme par le passé, une situation où le travail que nous comprenons par habitude
    comme activité professionnelle, est un travail qui passe par le marché du travail.
    Et l'intégration sociale, la participation
    à la société, se fait essentiellement à travers notre activité professionnelle. Et ces
    activités professionnelles ont besoin de la reproduction. Par conséquent, la main d'oeuvre non rémunérée
    doit être elle aussi sans cesse reproduite, et c'est encore aujourd'hui un domaine,
    qui est repoussé dans la sphère privée, gratuite et aussi politiquement invisible,
    comme une faveur invisible, faite surtout par les femmes.
    C'est un domaine féminin, c'est la sphère privée des ménages,
    de la famille, de l'éducation des enfants, des soins, des soucis, des courses,
    des repas à préparer, etc. etc. et nous sommes en fait actuellement dans
    une situation où nous avons de plus en plus un problème au plan social car le fait est que
    tout cela ne se fait plus sans contrepartie, ça doit être
    réglé autrement au niveau de la société toute entière. Parce que de moins en moins de gens font cela gratuitement.
    Qu'est-ce que la répartition du travail telle que
    nous venons de la décrire a comme effets sur, disons, la perception que les genres ont d'eux-mêmes?
    Eh bien, nous nous rappelons probablement tous du débat autour des mères indignes,
    qu'est-ce qu'être une bonne mère, etc. et tous ceux qui sont parents aujourd'hui,
    les mères comme les pères, ceux-ci de plus en plus, font l'expérience que quelque soit
    la manière de faire, ce sera toujours mal fait, en quelque sorte, tout est toujours
    mis en question. Etre mère à plein temps, ce n'est pas une solution et en plus ça fait l'objet de moquerie.
    C'est exactement la même chose pour celles qui travaillent à plein temps, etc. C'est une situation
    intéressante qui ouvre aussi des horizons car cela signifie finalement, d'un point de vue sociologique,
    qu'aucun modèle n'est plus le seul modèle qui s'impose aux individus, mais que tous les modèles
    nécessitent une explication. – Nous en sommes là actuellement.
    C'est vraiment une situation très intéressante. Nous en sommes encore
    à un niveau rhétorique mais sur un plan empirique nous voyons que, comme par le passé,
    ce sont principalement les mères qui travaillent à temps partiel. Les pères qui travaillent
    à temps partiel sont très rares, d'un point de vue empirique et statistique.
    En général, les pères et les hommes qui travaillent à temps partiel ne courent pas les rues.
    C'est toujours pour la même raison : être avec les enfants, etc.
    donc il y a encore beaucoup à faire mais nous sommes d'ores et déjà arrivés à un point où il est clair que
    beaucoup de modèles existent et que chacun doit dire pourquoi il choisit tel ou tel modèle.
    Merci beaucoup pour le temps que vous nous avez consacré.
    Avec plaisir.
    Virtuelle Entdeckungsreise in die deutsche Arbeitswelt Goethe-Medaille 2018 - Péter Eötvös 200 Jahre Karl Marx: Philip Banse im Gespräch mit Stephan Lessenich Kommentare zur Zukunft des Fremdsprachenlernens – Konferenz Startklar?! „Abgrenzung halte ich für gefährlich" - Generalsekretär Johannes Ebert im Interview Goethe-Medaille 2018 - Heidi und Rolf Abderhalden Klaus-Dieter Lehmann im Interview zum Koalitionsvertrag: Gestaltungsauftrag für eine veränderte Welt Learning Analytics – Konferenz Startklar?! Digital Literacy – Konferenz Startklar?! Goethe-Medaille 2018 - Claudia Andujar

    Post a Comment